Développer des extensions sur Qlik Sense

Les extensions

Une extension Qlik Sense est un composant qui permet d’ajouter à la plateforme Qlik Sense de nouveaux types de visualisations. Ce concept permet de combiner des APIs Qlik Sense avec les capacités illimitées du Web.

Une fois créée, l’extension a le même comportement qu’un composant Qlik Sense natif : on peut ajouter des dimensions, des mesures et préserver le principe d’interactivité de Qlik Sense.

Architecture

Le serveur Qlik Sense nous propose un certain nombre d’APIs. Ces interfaces permettent une interaction avec notre serveur, ce qui permet d’extraire des données ainsi que diverses informations. Ces données et informations extraites peuvent être traitées avec du JavaScript afin de les structurer et de les visualiser selon notre besoin.

En plus du JavaScript basique, des bibliothèques CSS (comme Bootstrap) et du HTML peuvent être utilisés afin de faire des Dataviz plus au moins personnalisées.

Extensions QlikSense

Les possibilités d’extension

  • Exploitation des bibliothèques JavaScript existantes Highcharts, D3JS, Google Charts.
  • Utilisation des APIs sur le Web : Google Maps, Twitter.
  • Utilisation des bibliothèques de style comme Bootstrap.
  • Développement des visualisations et des comportements selon le besoin.

Le développement d’extensions

Fichiers d’une extension

Pour développer des extensions, l’architecture document doit être constituée d’un ensemble de fichiers qui sont indispensables. A ces fichiers s’ajoutent des fichiers supplémentaires, qui permettent de pousser plus loin les capacités de développement mais aussi de bien les organiser.

Fichier extension

Fichiers indispensables

  • Le fichier. Wbl : c’est un point d’entrée de l’extension, il contient la liste des fichiers indispensables
  • Le fichier. Qext : c’est le fichier de configuration principal de l’extension, il contient la version, le nom, l’icône, etc.
  • Le fichier .js : c’est le fichier le plus important, c’est là que l’on interroge le serveur Qlik, que l’on fait les calculs nécessaires ainsi que le design de l’extension.

Fichiers supplémentaires

  • Properties.js : Parmi les bonnes pratiques, les propriétés de l’extension seront séparées du fichier principal.
  • Fichiers .ccs : Des fichiers de style peuvent être ajoutés à l’extension afin d’améliorer le rendu et avoir une meilleure qualité de visualisation.
  • Bibliothèque JS : Des bibliothèques JS peuvent être ajoutées aussi pour avoir plus de fonctionnalités JavaScript (Jquery, D3JS, Highcharts).

Accès et structuration des données

La structuration et l’accès aux données retournées depuis le serveur seront contenus dans la méthode Paint ($element, layout). Cette dernière est rafraîchie à chaque fois que les propriétés changent ou que le widget est redimensionné.

Le serveur Qlik Sense retourne des données sous format d’un hypercube JSON. L’accès à cet hypercube se fera par la fonctionnalité layout.qHypercube.

L’hypercube est un objet JavaScript générique, qui va contenir les données ainsi que des métas données sur ce que l’utilisateur de l’extension mettra comme mesure et dimension depuis l’interface Hub.

Structuration des données

Exemples d’extensions développées par ASI

  • Une première extension prend une mesure et une dimension puis classe les membres de cette dernière en fonction de la mesure. Elle retourne ensuite le TOP3 de la dimension choisie :

Extension 1

  • Une deuxième extension s’appuie sur la bibliothèque Highcharts pour construire un radar, avec la possibilité de mettre plusieurs dimensions et de choisir la couleur de la dimension ainsi que la taille du diagramme.

Extension2 QlikSense

Vous avez besoin de communiquer sur vos données, construire un datawall ? N’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier de l’expérience et de l’expertise de nos équipes pluridisciplinaires Java, UX et Data Intelligence >> asicom@asi.fr / 0806 700 800 (service gratuit + prix appel)

 

Intégrer des données spatiales avec GeoQlik 11.6

GeoQlikGeoQlik est la solution permettant d’intégrer la dimension géographique aux applications QlikView. Dans sa version 11.6, GeoQlik offre la possibilité de consulter, d’analyser et de partager des tableaux de bords avec des composants géographiques qui peuvent être manipulés comme n’importe quel objet QlikView standard.

La gestion des données spatiales s’effectue depuis la console d’administration web : GeoQlik Management console.

Il est tout d’abord nécessaire d’ajouter les couches cartographiques que vous souhaitez utiliser. GeoQlik permet de se connecter directement aux données spatiales des principaux standards SIG :

– fichiers Shape

– bases de données spatiales PostGIS et Oracle Locator

– fichier GeoQVD

Ajouter des nouvelles données

 

 

 

 

 

 

Toutes les couches cartographiques ajoutées sont alors visibles dans la console et il est alors possible de modifier plusieurs options (nom de la couche, champ pour les étiquettes, champs accessibles pour la recherche, etc.).

Données de l'application

La deuxième étape concerne les fonds de plan qui seront disponibles dans l’application. L’utilisateur pourra ainsi choisir, parmi les fonds de plan paramétrés, celui qu’il souhaite afficher. Plusieurs types de fonds de plan peuvent être configurés :
– Open Street Map
– Google Maps (nécessite une clé de licence gratuite ou Premium)
– Web Services WMS et TMS (accès à des cartes ou des tuiles en HTTP à l’aide d’une URL)

fonds de plans disponibles

 

 

 

 

 

 

 

 

La dernière étape permet de paramétrer l’aspect visuel des couches. Pour cela, vous disposez d’un panel de paramètres vous permettant de modifier le style des objets, de la sélection et des étiquettes.

paramétrer l'aspect visuel des couches

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est également possible de créer un lien http et intégrer un copyright à la couche.

Methadonnées de la couche

 

download GeoQlik Extension

Une fois la configuration des données spatiales effectuées, vous pouvez créer votre composant cartographique dans QlikView Local Client. Au préalable, il est nécessaire d’installer l’extension GeoQlik en la téléchargeant depuis le serveur (http://<serveur>/geoqlik).

Pour pouvoir utiliser l’extension GeoQlik, il est nécessaire d’activer le mode WebView de QlikView via le menu  Affichage > Activer/Désactiver WebView.

Lorsque vous ajoutez un nouvel objet sur une feuille, vous avez alors la possibilité de glisser le composant GeoQlik à l’endroit souhaité.

GeoQlik Nouvel objet de feuille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GeoQlikLa première étape consiste à définir la dimension courante. C’est un champ de votre document QlikView sur lequel vous allez effectuer l’ensemble de vos analyses. Il doit pouvoir être lié avec vos données cartographiques. Vous devez donc vous assurer que votre document QlikView contient un champ commun avec la donnée cartographique. Vous pouvez modifier la dimension courante en cliquant sur le crayon.

GeoQlikGeoQlik permet de créer des analyses sur une seule dimension ou sur plusieurs, via les groupes cycliques. Vous êtes obligé de saisir le nom du groupe dans la liste déroulante car elle ne liste pas les groupes. Le bouton double flèche permet de paramétrer les seuils de visibilités des dimensions.

La deuxième étape est la création de l’analyse elle-même. L’analyse correspond à la représentation d’un indicateur sur la carte. Le bouton  » Nouvelle analyse  » permet de lancer un assistant qui vous aide à créer votre analyse pas-à-pas.

Il faut d’abord  réaliser la jointure entre la dimension courante et la donnée cartographique. L’objectif est de joindre un champ QlikView à une couche cartographique pour pouvoir visualiser le champ QlikView sur une carte. Par exemple, la couche pays peut être jointe à la dimension pays grâce au code du pays.

join data to the current dimension

 

 

 

 

Il faut ensuite choisir le type d’analyse désirée.

choice of the analysis type

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis saisir le libellé de l’analyse et lui attribuer une expressionexpressio. Il suffit dans l’assistant (+) de sélectionner la fonction et le champ souhaité dans les listes déroulantes disponibles.

Expression

 

 

 

Enfin, vous pouvez paramétrer votre analyse : les couleurs (prédéfinies ou personnalisées), l’opacité et le style de votre analyse.

styles and colors

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque la création de l’analyse est terminée, celle-ci s’affiche sur la carte et fait l’objet d’un bloc à gauche de la carte. Le bouton en forme d’engrenage permet d’éditer l’analyse pour  la modifier (jointure, expression et paramètres d’affichage). Il est possible de créer plusieurs analyses sur la même carte afin que l’utilisateur puisse choisir la ou les analyses à afficher sur la carte.

GeoQlik chiffres d'affaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un fois l’analyse finalisée il faut la sauvegarder en cliquant sur la disquette. La carte enregistrée sera celle visible par les utilisateurs lorsqu’ils y accèderont via l’Access Point.

Il est possible de rendre l’application accessible sur le serveur QlikView de façon à ce que les personnes ne disposant pas de QlikView sur leur poste en local, puissent accéder aux documents. Comme pour Qlikview, le document .qvw doit être copié sur le serveur dans le répertoire où sont stockés les documents.

Avec la souris, vous pouvez naviguer, vous déplacer, zoomer ou faire une sélection sur la carte. Deux onglets sont disponibles à gauche de la carte pour afficher la légende ou le paramétrage de la carte. L’onglet de paramétrage présente les analyses, les extras (couches supplémentaires d’habillage disponibles) et les fonds de plan.

GeoQlik

 

 

 

 

 

 

 

 

L’extension GeoQlik dispose d’un outil de sélection qui permet de sélectionner la forme et la couche cartographique souhaitées dans le menu déroulant. Les sélections effectuées pourront être sauvegardées afin d’être rouvertes par la suite. Elle dispose aussi d’un outil de dessin afin de mettre en évidence des éléments sur la carte. Des outils de recherche et de filtre sont également disponibles.

GeoQlik

%d blogueurs aiment cette page :